'Voyage en Afrique de l'Ouest' par Anouk de l'équipe Double Sens

Par le 01 juin 2016 dans nos voyageurs racontent

Récit de voyage

 

Anouk Billiet est chargée des Relations Voyageurs au sein de l'équipe de Double Sens à Paris, responsable de la région Asie. Dans cet article, elle raconte ses premières aventures en Afrique, lors du voyage d'équipe au Bénin et au Burkina Faso à l'occasion des 10 ans de Double Sens

 

  "En poussant la porte de l'Ambassade burkinabé, je m'étais fait la réflexion qu'un premier long courrier démarre bien souvent dès la demande de Visa."

Si je commençais par là, où trouverais-je le temps de vous raconter le petit bout d'Afrique que j'ai eu la chance de découvrir ? L'exercice est difficile : les images se bousculent, la mémoire des 5 sens aussi. La paume de main sur la peau tendue du Djembé, l'odeur du Payo quand les gamins font le plein des Zems, Les 'Afon gandi a' que j'entends encore distinctement, la beauté toute simple de la Route des Pêches... Je pense aux équipes locales vers qui j'enverrai désormais nos voyageurs les yeux fermés tant je les ai trouvé géniaux, chacun à leur façon. Avec un peu de chance, vous devrez choisir entre Alphonse & le porc grillé d'Adjarra à l'Est ou les Alokos & ananas frappés de Modeste à l'Ouest. Autant vous dire que la compétition est rude ! Pour ma part, je me souviendrai surtout du Sodabi qui brûle la gorge & réchauffe les cœurs.  Je n'oublierai pas non plus, au Nord, la brousse qui défile à l'arrière du van de Sanny & le Flamboyant, rouge vif, qui vient illuminer le temps d'un battement de cils tout le reste. J'ai été impressionnée & émue par l'engagement de ceux que vous rencontrerez peut être. Ces béninois & burkinabé qui se sont donnés pour faire émerger des initiatives qui améliorent l'ordre actuel de leurs pays, qui se donnent encore chaque jour pour tenir la barre & se maintenir à flot. J'ai adoré la joyeuse pagaille de Ouaga au moins autant que l'assurance tranquille des Tata Somba de Koussou. J'ai admiré les femmes : le dos bien droit, le regard franc, la démarche chaloupée & ce même avec 15 Kilos de Mil sur la tête. Il y a eu une soirée au Jammin' Bar puis Ganvié. L'appel du piroguier avec qui l'on descendra les Rivières Noires & le Teck qui fait rougir les mains. Après un baptême 2 roues, plus de fruits de mer que de raison & une bouteille de Coca Cola remplie du sable du Wado, c'est la Porte du Non Retour, imposante, qui s'est dressé devant nous. Ouidah, petite ville où la douceur de vivre est venue atténuer le poids d'une sombre Histoire. Ce soir-là, les Tam Tam ont raisonné & j'ai entraperçu une Afrique qui m'échappe complètement. Rire des proverbes africains & respecter les ancêtres. Se laisser bercer par la lagune, endormir par la chaleur, surprendre par l'averse. S'émerveiller du Sahel, des rides d'un vieux chef… J'en garde d'incalculables souvenirs & d'innombrables temps forts.  J'en raconterai certains, d'autres je les garderai pour moi. Ce qui est sûr, c'est que j'invite ceux qui me lisent à se remplir les yeux, les oreilles, les poumons & le cœur de cet autre continent, c'est là que tout a commencé & que tout change. De l'impalpable qui mérite d'être vécu ! 

Anouk, mai 2016

 

Le Flamboyant, ©Double Sens | Koudougou, Burkina Faso - avril 2016

 

 

 

 

Commentaires


  • Charbel | Il y a environ un an

    Waouh, ton récit m'a emporté. J'ai eu l'impression pendant quelques instants d'y être. Un projet de voyage authentique: visiter l'Afrique à travers le tourisme solidaire!