Le tourisme solidaire, le tourisme d'aujourd'hui?

Par le 02 juin 2014 dans news
Un voyage responsable et au contact des communautés d'accueil ; le tourisme solidaire attire de plus en plus de voyageurs.

Depuis un peu plus d’une dizaine d’années maintenant vous devez entendre parler du tourisme solidaire, un tourisme alternatif qui attire de plus en plus de voyageurs. Un tourisme atypique qui se veut de respecter les communautés d’accueil, leurs us et coutumes tout en participant au développement local. Pas à l’abri des critiques et des clichés, il a fallu quelques années pour que le tourisme solidaire ait  totalement gagné sa place dans les offres des tour-opérateurs. Revenons sur l'histoire et les engagements de ce tourisme d’ « aujourd’hui ».

L’histoire du tourisme solidaire

Avant toute chose, commençons par retracer l’historique du tourisme solidaire. Le tourisme, au sens large, s’est développé avec l’apparition des congés payés, et le développement des moyens de transport qui n’ont cessé et ne cessent de faciliter la mobilité internationale. Le tourisme solidaire a doucement fait son apparition auprès d’un public sensibilisé et en quête d’échanges interculturels.

Si nous prenons l’exemple de la France, nous pouvons faire une corrélation entre l’apparition des congés payés de 1936 et le développement des associations pour un tourisme social regroupées au sein de l’Union Nationale des Associations de Tourisme (UNAT). Ce premier point est à associer avec le développement d’un tourisme autonome et individuel. L’apparition du Guide du Routard dans les années 1970 ainsi que des premiers groupes de voyages comme Nouvelles Frontières accentuent ce tourisme individuel, les voyageurs souhaitent partir découvrir des horizons et des populations inconnus.

 

Un retour au respect de la nature et de l’homme

En outre, depuis près de 20 ans, la tendance va vers un retour aux choses simples qui respectent l’environnement, les cultures et qui sont en faveur d’un développement équitable. En ce sens, le tourisme, qui a certes des avantages économiques pour les pays d’envoi et les pays d’accueil, a vu sa branche responsable et solidaire se développer ces quinze dernières années. La sensibilisation des personnes aux effets néfastes de la sur-consommation, de la mauvaise redistribution des retombées économiques et du non-respect pour autrui est de plus en plus importante et, on constate aujourd’hui que cette remise en question a eu un impact positif pour le tourisme solidaire.

Un profil de voyageur en évolution

 Le profil du touriste a lui aussi considérablement changé ces 15 dernières années. Aujourd’hui, plus éduqué, le voyageur cherche avant tout la découverte et l’échange. Il ne voyage plus pour l’exotisme et le farniente, il souhaite découvrir de nouvelles terres, de nouvelles cultures avec ses us et coutumes. Le voyageur est aujourd’hui prêt à payer le prix d’un voyage solidaire afin de participer au développement local de la destination choisie. En retour, il est important pour lui de savoir de quelle manière l’argent qu’il a versé est réparti. C’est pour cette raison que les associations et les tour-opérateurs de voyages solidaires se doivent d’être transparents.

Encore minoritaires dans le choix de vacances, les voyages solidaires répondent à une demande croissante et sont en voie à une expansion toujours plus grande. Un signe qui montre cette croissance ? Oui, aujourd’hui, la plupart des agences de tourisme proposent des voyages solidaires. 

Une définition du tourisme solidaire

Un voyage plus humain 

Voyager solidaire signifie aller à la rencontre, découvrir, échanger, partager la vie quotidienne des communautés d’accueil etc. Il y a une vraie dimension humaine. Le voyageur qui choisit de voyager solidaire, ne choisit non seulement de voyager responsable - en lien avec ses pratiques environnementales et personnelles -, il choisit également d’être solidaire d’une population, d’un groupe, d’une minorité qui a exprimé des besoins dans un ou plusieurs domaines particuliers.

Un soutien économique 

En plus de la volonté d’être proche des populations locales, le tourisme solidaire a une véritable vocation économique. En effet, l’une des caractéristiques du tourisme solidaire est que l’organisme d’envoi s’engage à partager équitablement les retombées économiques du voyage. De cette manière sur place, les équipes locales sont rémunérées par l’organisme d’envoi, et ce sont ces équipes locales qui sont à l’origine des projets et qui les suivent. Aussi, certaines agences vont verser une somme par voyage pour le financement de projets de solidarité dans leurs destinations. Généralement, cette action se fait via une association : l’agence verse une part de chaque voyage à l’association qui finance les projets d’aide au développement.

Un devoir solidaire 

Dans le contexte du tourisme, la solidarité renvoie au besoin du voyageur à aider, c’est un besoin avant tout moral et individuel. On peut même dire que, pour la majorité des voyageurs qui font du tourisme solidaire, s’engager dans ce tourisme alternatif est un devoir, comme l’action de voter par exemple. En effet, de par l’éducation, les réseaux sociaux personnels, et surtout de par les valeurs de chacun, la sensibilisation à la solidarité peut être intégrée à tous types de comportements et notamment le voyage. En ce sens, pour une personne qui consomme équitable, qui s’investit dans des associations à but social, qui est intéressée par l’interculturalité, il sera beaucoup plus évident de participer à un voyage solidaire qu’une personne n’ayant pas cette sensibilisation sociale et solidaire.

Le voyageur solidaire 

Pour résumer, le voyageur solidaire participe au développement local de sa destination tout en étant en immersion totale dans un contexte social et culturel différent de celui qu’il a l’habitude de côtoyer : une solution éthique et responsable du tourisme associée à l’échange humain et à la rencontre interculturelle.

Enfin, je vous propose la définition de l’Union Nationale des Associations de Tourisme établie en 2006 :

« Le tourisme solidaire regroupe les formes de tourisme "alternatif" qui mettent au centre du voyage l'homme et la rencontre et qui s'inscrivent dans une logique de développement des territoires. L'implication des populations locales dans les différentes phases du projet touristique, le respect de la personne, des cultures et de la nature et une répartition plus équitable des ressources générées sont les fondements de ces types de tourisme. »

Les acteurs du tourisme solidaire

Le tourisme alternatif et notamment le tourisme solidaire a longtemps été associé à l’associatif. Il y a presque 10 ans, l’UNAT « dénonçait » le manque d’implication des tour-opérateurs pour le tourisme solidaire. Aujourd’hui vous constaterez par vous-mêmes que les voyages solidaires sont de plus en plus proposés par les agences de voyages et non plus uniquement par les associations.

Le tourisme solidaire en association

Le premier acteur du tourisme solidaire aujourd’hui reste l’associatif. Les associations à but humanitaire et social sont nombreuses et certaines d’entre elles proposent de s’engager dans une mission en allant sur le terrain. Pour plus d’informations concernant les différentes associations ou agences de tourisme solidaire, des associations, guides etc. se consacrent au référencement tels que l’ATES, l’Association pour un Tourisme Equitable et Solidaire, qui rassemble une vingtaine d’associations qui proposent des séjours équitables et/ou solidaires ; Echoway est un guide en ligne qui recense les destinations éco-solidaires ou encore Voyageons Autrement est un portail d’information sur le voyage alternatif. Bien d’autres sites existent, je vous laisse surfer à votre guise.

Le tourisme solidaire via les tour-opérateurs

Pour beaucoup, le tourisme solidaire n’est envisageable que par l’associatif, et bien détrompez-vous. Aujourd’hui une grande partie des agences qui mettent en avant le sport, la nature, et la rencontre culturelle proposent des séjours solidaires, nous pensons ici à Terres d’Aventure par exemple. Aussi, certaines agences sont totalement dédiées au tourisme solidaire, elles ne proposent que des séjours solidaires, c’est par exemple le cas de Double Sens. La demande croissante des séjours solidaires va certainement faire apparaître à court terme de nouvelles agences, et/ou croître l’offre des tour-opérateurs déjà existants.

Les engagements du tourisme solidaire

La définition du tourisme solidaire nous amène à mettre en avant les engagements de ce tourisme alternatif. Lié à l’économie et à l’humain, les acteurs du tourisme solidaire s’engagent  aussi bien auprès des communautés d’accueil qu’auprès des voyageurs.

« Elle -cette forme de tourisme- vise d’une part à contribuer au renforcement des multiplicateurs de revenu et d’emplois  touristiques (ONU, 1999) et d’autre part à réduire les externalités négatives produites par le tourisme de masse d’un point de vue économique, social et environnemental. Le tourisme, comme le commerce deviennent ainsi le support d’un développement plus équitable, contribuant à redéfinir la finalité de l’activité économique. » Remi Bellia et Nadine Richez-Battesti, Le tourisme solidaire : innovation et réseau.

Auprès des populations locales 

C’est d’abord avec les populations locales que chaque entreprise, chaque association s’engage sur le long terme. Une relation de confiance privilégiée doit donc être instaurée avant même qu’un séjour soit proposé aux voyageurs. Le tour-opérateur ou autre organisme s’engage à rémunérer les équipes locales, et, le plus souvent, ces rémunérations sont plus importantes que la moyenne nationale du pays. Cela permet aux membres des équipes de pouvoir avoir un niveau de vie correct et améliorer peu à peu leur quotidien. Aussi, les contrats établis avec les locaux sont faits sur le long terme ce qui permet une stabilité de la situation professionnelle et donc une stabilité économique également.

Auprès des voyageurs

Comme tous types de voyages, l'organisme d'envoi doit répondre aux prestations qu'il propose à ces voyageurs. En ce sens, les équipes locales ont été formées pour accueillir les voyageurs. Aussi, l'engagement du voyageur solidaire nécessite souvent une information plus approfondie sur le déroulement, les engagements de l'organisme d'envoi, sur le partage des retombées économiques, sur la pérennité de la mission etc. Pour cette raison, les associations et certaines agences vont privilégier le contact direct avec les voyageurs autour d'un rendez-vous ou d'une réunion d'information. La transparence sur l'activité, les retombées économiques, les missions est, en somme, nécessaire à la confiance qu'accordent les voyageurs.

Que doit-on retenir du tourisme solidaire ?

Le tourisme solidaire est donc dédié à l'aide au développement et majoritairement des pays du Nord vers les pays du Sud. Le voyageur solidaire va à la rencontre des populations locales pour échanger, partager, découvrir une autre culture que la sienne, tout en participant au développement de l'économie locale. Les principaux acteurs, les associations et les tour-opérateurs s'engagent dans le partage des retombées économiques, dans la transmission d'information aux voyageurs notamment sur la pérennité des actions, des résultats sur le terrain. 

Enfin, il faut savoir que le tourisme solidaire est ouvert à tous : que vous soyez en famille, entre amis, en solo, jeunes retraités etc., vous pouvez tous partir à la découverte des cultures au gré des rencontres et échanges !

 

Sources:

 

Commentaires


  • michel | Il y a 10 mois

    Merci pour cet article ; je suis pour le tourisme solidaire ; quelle belle initiative !