Capital Magazine - Avril 2018

Capital Magazine - Avril 2018

"Heureusement, depuis quelques années émerge un tourisme responsable, durable, solidaire, participatif, équitable."

 

SE DEPLACER SANS POLLUERTOURISME DURABLE : ATTENTION AUX FAUSSE PROMESSES

Tourisme durable : Double Sens se démarque du greenwashing | Capital Magazine from Double Sens

Pollution, pénurie d'eau, destruction d'écosystèmes fragiles, constructions anarchiques, embouteillages, surfréquentation et dégradations de sites, déculturation des populations locales... De Venise noyée par les croisiéristes débarqués de paquebots géants aux bassins de Pamukkale en Turquie asséchés par les prélèvements des hôtels avoisinants, la liste est longue des méfaits causés par le tourisme.

Heureusement, depuis quelques années émerge un tourisme responsable, durable, solidaire, participatif, équitable. Selon l'association Agir pour un tourisme responsable (ATR), qui décerne le label du même nom, « il s'agit de limiter les aspects négatifs et de maximiser les retombées positives pour  le pays d'accueil et ses habitants ».

Peu ou prou, tous les tour-opérateurs et offices du tourisme s'emparent du sujet qui déborde largement le cercle des consommateurs militants : en 2016, dans une enquête réalisée auprès des clients de voyagistes membres de l'ATR, 59% des répondants considéraient que les professionnels devaient intégrer cette dimension à leur offre. Affirmant une quête de sens, le consommateur entend vivre des expériences et des rencontres authentiques, en communion avec la nature, quand il ne manifeste pas sa solidaire avec les locaux en allant jusqu'à vivre parmi eux. «Nous ouvrons la porte à un tourisme participatif, pour une expérience qui anime celui qui explore comme celui qui accueille», explique ainsi Aurelien Seux, fondateur du voyagiste Double Sens.