Une famille, un voyage, un projet : Une initiative gagnante

Par le 07 octobre 2014 dans
L'initiative gagnante de la famille Marcadé

Certains voyageurs ont été marqués par un premier voyage et décident de repartir à l’aventure afin de retrouver leurs amis et de s’impliquer un peu plus encore dans une mission. La famille Marcadé, Paul et Marie-Cécile et leurs trois filles, Jeanne, Pauline et Emilie en sont le parfait exemple. Pendant leur second périple en Afrique de l’Ouest, ils ont tenu à transmettre des nouvelles du terrain à leurs amis:

Pourquoi repartir sur le terrain ?

Nous sommes partis avec Double Sens à Ouidah, Bénin, en août 2013, tous les 5. La gentillesse des Béninois, la beauté des paysages, la richesse indescriptible des rencontres, le sourire des enfants, et tant d'autres choses encore en ont fait l'un des plus beaux souvenirs de voyage de notre vie.

Avant de repartir, Pauline, les yeux rouges, nous a fait promettre de revenir...

Nous avons décidé de repartir, mais avec un triple objectif :
- découvrir le Burkina Faso et le nord du Bénin
- collecter du matériel en France pour les enfants et les familles de Ouidah
- participer à l'équipement d'une salle autonome permettant à la mission d'initiation à l'informatique de se dérouler dans de meilleures conditions

Nous repartirons donc 4 semaines. 2 semaines en voyage, 2 semaines en mission.

 

Une organisation collective pour la mission informatique

Au cœur de notre projet depuis un an était une promesse faite à Delphin, le coordonnateur de Double-Sens à Ouidah : équiper une salle digne de ce nom pour permettre à la formation à l'informatique pour jeunes adultes de se dérouler dans de meilleures conditions.

Soumis au cofinancement de Frères de Sens (l'association des anciens voyageurs) et de Double Sens (l'agence de Voyages Solidaires) par DSB (l'ONG Béninoise qui conduit les projets) - j'espère que vous suivez parce que je ne vais pas réexpliquer qui fait quoi ! - le projet s'est monté dans le premier semestre de 2014.

L’implication de tous, famille, amis, entreprises, etc.

Pendant tout le printemps, famille et amis nous font parvenir du matériel. Arrivés par la poste, à la maison, au bureau, les cartons commencent à s'empiler. À chaque dîner ou soirée "Tiens, je t'ai apporté un sac avec des affaires pour le Bénin." Ou encore "Vous partez quand ? J'ai des choses pour vous."

La question du transport est vite tranchée, ce sera en avion car le bateau prend du temps et le dédouanement au port de Cotonou semble long et incertain. Se pose alors la question du financement de l'expédition des marchandises.

Marie-Cécile et Sylvie ont la courageuse initiative de s'inscrire à un vide grenier pour vendre des affaires de leurs enfants ou certains matériels trop lourds ou volumineux pour être envoyés. La vente rapporte une jolie somme qui sera versée à l'association Frères de Sens.

Le Cjd Lyon organise un "concours de pitch" invitant les dirigeants adhérant à présenter une association qu'ils soutiennent. Notre projet retient l'attention des JDs qui votent pour nous et nous permettent de partager la cagnotte avec une autre cause. Ne restera plus qu'à compléter avec un don de notre entreprise et voilà Frères de Sens à la tête de 2.500€. De quoi financer le transport du matériel et, peut-être un groupe électrogène pour que l'électricité soit garantie dans la salle informatique.

Une logistique digne des plus grands

Les dernières semaines ont été rocambolesques. Pratiquement chaque jour, un mail ou un coup de fil : "Vous partez quand ? J'ai un ordinateur pour vous. J'ai des jouets pour vous...."

Marie-Cécile est allée se renseigner chez Air France, il suffit de se présenter au terminal fret de Saint-Exupéry et les cartons pourront partir.

Quelques bonnes heures d'emballage plus tard, les cartons sont prêts. La balance annonce 450 kilos pour 39 colis. Direction Saint-Exupéry où nous garons la voiture et un utilitaire pleins à craquer entre deux semi-remorques. Simon est venu nous donner un coup de main plus que bienvenu, merci l'ami.

Les palettes disparaissent dans l'entrepôt et commence une longue semaine d'attente. Les colis vont-ils arriver à Cotonou ? Delphin parviendra-t-il à dédouaner la marchandise sans problème ?

 

Mercredi 30 juillet au soir, un sms arrive de Cotonou. Le matériel est arrivé, tout y est. Yeepeee !

 

Le nouveau centre de formation à l’informatique et alphabétisation

Installation et nouvelle perspective

Arrivés sur place mi-août, nous avons découvert des locaux spacieux et équipés de tables et de chaises flambant neufs. Avec mes deux compagnons de mission formateurs en informatique, nous avons pu installer le matériel permettant d’exploiter simultanément deux salles, un luxe exceptionnel qui nous a permis d'accueillir dans les meilleures conditions la vingtaine de stagiaires des 4 groupes de cette session.

Immédiatement, il a été envisagé d'élargir la vocation du "Centre de formation" : proposer des sessions d'alphabétisation pour adultes et envisager de faire venir les plus grands enfants de l'orphelinat pour des sessions de découverte de l'informatique. Un salarié permanent sera sûrement nécessaire pour assurer la formation en continu et la maintenance du matériel, mais c’est à DSB de construire son projet...

L’inauguration de la salle informatique : aboutissement du projet solidaire

Jeudi a eu lieu la très officielle et émouvante inauguration du Centre. Au-delà des stagiaires (les « apprenants », qui se sont vu remettre un t-shirt aux couleurs du CJD Lyon), la manifestation a accueilli en musique les autorités locales. Un Delphin en boubou de cérémonie a remercié d’un discours toutes les parties prenantes, qui permettent à Double Sens Bénin (DSB), ONG qu’il préside depuis 8 ans et mène des actions sur tout le territoire, d’avoir son propre centre de formation et d’y installer ses locaux.

  

Les voyageurs participant à la mission ont été chaleureusement remerciés. Nous avons à notre tour remercié nos amis pour leur accueil. Il a été question de l’importance de tenir ses promesses, d’apprendre à pêcher plutôt que de donner du poisson, de la possibilité donnée à tous d’être entrepreneur de son avenir, de la parabole du colibri, de l’amitié qui unit voyageurs et béninois, de l’enrichissement par le partage des idées...

Collation, embrassades et photos ont conclu une belle cérémonie et surtout la concrétisation d’un projet qui nous tenait à cœur.

Nos amis ont désormais entre les mains un bel outil, c’est à eux de le pérenniser et d’en faire bon usage...

Et pour ceux qui le souhaitent, découvrez la présentation du Centre par Delphin ici

Si vous aussi vous souhaitez vous investir dans une mission solidaire, contactez-nous à : contact@doublesens.fr

Commentaires