Rencontre avec Munkhe, responsable pays en Mongolie

Munkhe est notre responsable pays Mongolie et coordonne les voyages Double Sens dans son pays depuis 2016. Originaire des steppes du sud-est de la Mongolie, il a beaucoup voyagé en Europe et en Asie avant de revenir à sa terre natale pour faire découvrir à nos voyageurs les merveilles de chez lui. Lors de son dernier passage à Paris, il nous a accordé une petite entrevue.

 

Munkhe est notre responsable pays Mongolie et coordonne les voyages Double Sens dans son pays depuis 2016. Originaire des steppes du sud-est de la Mongolie, il a beaucoup voyagé en Europe et en Asie avant de revenir à sa terre natale pour faire découvrir à nos voyageurs les merveilles de chez lui. Lors de son dernier passage à Paris, il nous a accordé une petite entrevue. 

Peux-tu me parler de la ville d'où tu viens ? 

Je viens de la région de l'est. Là-bas, c'est la steppe plate. On peut y voir une yourte à une centaine de km de loin. Il y a seulement une dizaine d'arbres dans la région. Enfant, quand j'en voyais un j'étais très impressionné ! A mes 16 ans, je suis allé vivre à Oulan Bator, une ville entre montagne et forêt qui n'en finissait pas de m'émerveiller.

Tu es parti à l'étranger pour tes études, qu'est-ce qui te manquait de ton pays ?

Admirer les paysages de chez moi, entendre le bruit rassurant des animaux à la nuit tombée, côtoyer des personnes fondamentalement accueillantes, vivre dans le calme et la sérénité.

Quand tu es revenu en Mongolie, après plusieurs années passées à l'étranger, tu as pu voir ton pays avec un autre regard? 

Mes 16 ans passés en France et en Chine m'ont aidé à comprendre ma propre culture en la comparant avec celle des autres. Aujourd'hui, je peux dire que la philosophie des Mongols est de vivre au présent. Par exemple, il n'existe pas de formes de futur dans la conjugaison. Jamais les gens de chez moi ne s'inquiètent de l'avenir, car ils savent qu'ils ont autour d'eux, dans la nature, tout ce qu'il faut pour vivre. Les Mongols n'ont jamais connu la famine. Cette façon de voir la vie dans le présent donne une espèce liberté dont seuls les Mongols jouissent. Cette liberté est pour eux la chose la plus importante. Nous avons pu le voir dans l'Histoire, les Mongols préfèrent abandonner leur territoire plutôt que de vivre sous le joug d'un autre peuple.

Peux-tu m'en dire plus sur les gens de ton pays ? 

Les Mongols sont des personnes réservées et pudiques de prime abord. Mais une fois que la glace est cassée, on est chaleureux et on aime faire la fête ! Beaucoup de voyageurs me disent que la richesse de mon pays, c'est son peuple. La Mongolie est l'un des pays les moins peuplés au monde. Comme on est peu nombreux, on respecte les autres. Il y a des valeurs humaines très fortes. Les gens de chez moi sont tournés vers l'autre et ont toujours la volonté d'aider. Ce n'est pas souvent qu'on a la chance d'avoir des visiteurs, alors quand des gens viennent chez nous, on les accueille à bras ouverts sans aucune méfiance. 
 

La façon de recevoir est différente dans chaque pays, comment les familles accueillent-elles nos voyageurs en Mongolie ? 

Les familles invitent les visiteurs dans leur yourte, leur offrent le thé et leur servent à manger. Toutes les familles ont un bol rempli de fromages, de gâteaux, de beignets et de bonbons qui est prêt en tout temps pour accueillir de la visite. Lorsqu'on nous offre ce bol, il faut absolument accepter, par politesse. Certains chefs de famille ont une tabatière en pierres précieuses. C'est une fierté pour eux de la montrer aux voyageurs et de leur faire sentir le tabac. 

J'ai parlé avec plusieurs voyageurs qui ont vécu l'expérience Double Sens en Mongolie, et on m'a dit que les familles étaient plutôt superstitieuses et avaient beaucoup de petites règles de conduite à respecter. Peux-tu m'en parler un peu ?

Quand les couples se marient, ils montent leur yourte qui devient le foyer de la famille. Elle a une valeur symbolique très forte et fascine les voyageurs. C'est un lieu entouré de beaucoup de traditions. Par exemple, il ne faut pas marcher sur le seuil de la porte, car ça porte mal chance. La partie nord est sacrée. C'est là où il y a l'autel avec le bouddha. Le chef s'y installe et peut nous inviter à le rejoindre. Les familles sont très attachées à ses règles, mais "Quand on ne connait pas la coutume, il n'y a pas de mal", comme diraient les nomades. 

Peux-tu me parler de ta relation avec les familles qui accueillent nos voyageurs ?

Notre travail avec les familles repose sur des relations à entretenir sur le long terme. Cela fait une dizaine d'années que je crée des liaisons avec les familles. Je vais souvent à la campagne pour en rencontrer de nouvelles. Je choisis toujours pour nos voyages des personnes qui ont la volonté de réussir. 

Peux-tu m'expliquer en quoi l'action solidaire réalisée pendant les voyages, le troc de ressources naturelles, est si importante pour les familles ? 

Les familles des régions montagneuses manquent de sel. Nous en récoltons pour eux et ça leur permet de faire des économies. Dans le désert de Gobi, nous apportons du bois mort aux familles, car elles manquent de combustibles. Avec notre aide, ils n'ont  plus besoin de couper les "saxouls", ces petits arbustes qui sont importants, car ils empêchent les mouvements de sable et l'avancée du désert. 

Découvrez nos voyages en Mongolie

Voyage alternatif en Mongolie / 11 jours

Voyage alternatif en Mongolie / 11 jours

Vie nomade dans les steppes

à partir de 2 240 € (aérien inclus)

Nuits en yourte, randos en pleine nature

Entre les montagnes sacrées & les plaines infinies

Voyage participatif en Mongolie / 2 semaines

Voyage participatif en Mongolie / 2 semaines

2 semaines mêlant action & excursion

à partir de 2 740 € (aérien inclus)

Troc de ressources naturelles entre communautés nomades

De la vallée d'Orkhon jusqu'au désert de Gobi

Voyage participatif en Mongolie / 2 semaines Hiver

Voyage participatif en Mongolie / 2 semaines Hiver

2 semaines mêlant action & excursion

à partir de 2 490 € (aérien inclus)

Troc de ressources naturelles entre communautés nomades

Voyage en itinérance au cœur des taïgas enneigées



Commentaires