Extraits du récit du voyage solidaire de Liliane

Par le 21 mai 2015 dans nos voyageurs racontent

Liliane, voyageuse solidaire de Double Sens nous partage son expérience des trois semaines passées à Madagascar dont 2 en mission santé. Anecdotes, découvertes, rencontres, voici quelques extraits de son récit plein de vie !

 

Nous arrivons à Tana, contrôles d’identité et feuille d’informations sanitaires. Il n’y a pas d’eau alors le douanier crache sur son tampon pour l’imprimer sur mon passeport ! Nous quittons l’aéroport en voiture. Quelle ambiance, pas de signalisation, des voitures partout, des gens aussi partout, des charrettes tirées par des hommes et le chauffeur qui zigzague entre tout ce monde. Départ pour une visite très intéressante du palais de la reine et de la haute ville. Premier bain de foule impressionnant ! La ville est très hétéroclite, de très belles maisons à côté de maisons en reconstruction, des bidonvilles, tout se côtoie, incroyable. 

Dimanche 19 avril 

Douche et nuit parfaites, réveil en musique, il doit y avoir une église pas loin et les gens chantent. Très agréable. Le paysage est magnifique, la terre est souvent rouge, beaucoup d’espace, des rizières, des villages pleins de marchés, des étals colorés le long de la route. Le repas de midi est excellent, poulet avec des légumes avec piment pour ceux qui le désirent. Le chauffeur est excellent et la route de très mauvaise qualité, avec des trous partout, il y a même un bout de route qui manque sur un pont !

Accueil chaleureux de Lala et son équipe. Pour la douche et les toilettes, il faut remplir un bidon et le vider dans les toilettes pour évacuer, remplir un bidon pour la douche, Honorine ou Nour remplissent des bidons d’eau chaude pour la douche et il faut faire le mélange pour se doucher. Il faudra que je m’habitue à ce style ! Steak de zébu pour le souper, excellent.

Lundi 20 avril 

Nous poursuivons par une visite du marché, il y a du poisson séché, des chrysalides de soie sauvage qui sont vivantes, puis grillées et mangées. Que d’émotions, de différences, de rencontres, plein de sentiments se bousculent dans la tête. Il y a beaucoup d’écoles ici, plein d’églises différentes, protestantes, catholiques, de sectes…
A 16h, nous allons au bain de langue à l’école luthérienne. C’est aussi là-bas qu’il y a la bibliothèque créée par Lala. Des enfants et des professeurs viennent au bain de langue, c’est sympathique même si c’est difficile de faire parler les enfants, ils sont timides, parlent très doucement.
Le soir, nous préparons la journée du lendemain. Après une longue discussion, la journée de demain est prête, chacun sait ce qu’il fera. Le temps passe à une vitesse incroyable, y a tellement à regarder, connaître de tous les côtés.

Mercredi 22 avril

Dr Sylvie me présente sa patiente et m’explique ce que je dois faire. La patiente est une jeune fille qui parle bien français, elle a reçu une injection anesthésiante et son traitement se passe bien. Il y aura 3 patients cet après-midi, tous parlant français. Je lave et stérilise les instruments à la fin de la consultation et discute un peu avec Dr Sylvie qui apprécie de parler français. Je commence à prendre mes marques.

Samedi 25 avril

Nous partons en randonnée, lever à 6h, départ à 6h30. Notre guide s’appelle Richard, il nous emmène voir les cases royales. Nous visitons les sculpteurs de bois, ils font des choses magnifiques et sont ingénieux, les outils sont faits à partir de carcasses de voiture. La balade est belle, ça monte beaucoup, il y a des cailloux, nous voyons des caméléons, les paysages sont extraordinaires. Nous arrivons à une antenne, point culminant de la promenade, nous avons alors une vue fantastique et faisons la rencontre du gardien qui est en train de tailler des statues en bois (homme avec instrument de musique). Nous croisons des femmes qui préparent du charbon de bois sur le chemin du retour.

Au village, nous sommes accueillis par plusieurs femmes du village. Pas de lumière, heureusement nous avons nos lampes frontales. Un spectacle nous sera offert, musique et danse, tout le monde participe, vraiment incroyable. Le souper sera excellent et nous allons dormir, repues et fatiguées. Nous dormons dans des lits confortables.

Dimanche 26 avril

C’est le coq qui nous réveille ce matin, malheureusement un cochon crie avant de se faire tuer pour être vendu au marché. Nous avons droit à un copieux petit déjeuner et nous partons à travers le village afin de visiter un élevage de vers à soie. Les femmes sont organisées en association pour avoir un peu d’argent et éduquer leurs enfants. Elles gèrent l’élevage de vers à soie et la fabrication de la soie puis tissent et brodent leurs ouvrages. 

Lundi 27 avril

Ce matin, il y aura la fête du lancement de la campagne de vaccination contre la poliomyélite. Nous allons y aller : les autorités vont venir et de nombreux invités feront un discours. La fête aura lieu devant la mairie, des décors ont été placés et des chaises sont placées sur l’estrade pour accueillir les autorités du district. Un groupe de troubadours danse et joue de la musique.

Lundi 4 mai

Nous partons pour une randonnée à travers un parc où se trouvent d’autres lémuriens. Notre 4x4 ne peut pas aller plus loin alors nous descendons et débutons notre balade un peu en avance. Ça monte, il y a plein d’escaliers de tailles différentes, ça descend, et remonte, les paysages sont idylliques et font oublier la difficulté du terrain. Le guide nous fait découvrir des phasmes, des caméléons, un serpent, des libellules. Nous arrivons à une piscine naturelle mais l’eau est trop froide pour moi !

Mardi 5 mai

Ce matin, départ à 4 h du matin pour arriver à Tuléar et prendre le bateau pour Anakao. Les paysages changent radicalement, la terre est moins rouge, c’est plus sec. Nous arrivons au port, ambiance extraordinaire, pas de bateaux mais des zébus attelés à des charrettes. Les bagages sont mis dans la charrette et oh surprise, nous devons aussi monter dans la charrette. Ca fait un bruit incroyable, la roue grince et le conducteur et son accompagnant ont l’air inquiets, pourvu que nous ne perdions pas de roue !

Mercredi 6 mai

Dernier jour, déjà. Nous quittons l’hôtel comme prévu et montons dans le bateau. Arrivés à Tuléar, nous devons reprendre les charrettes à zébus. Heureusement, les roues ne grincent pas et tournent bien rond. Le trajet est même agréable. Je suis réconciliée avec les zébus et leurs charrettes.

Jeudi 7 mai

Nous embarquons et quittons Tana, une petite larme au coin de l’œil. J’ai vécu 3 semaines enrichissantes à Madagascar et remercie chaleureusement Mamanour, Henriette et Nour qui se sont occupées de nous sans relâche. Bravo pour leur courage. Merci aussi à Lala et à tous les gens du village pour leur accueil chaleureux. En tout cas, vous avez su donner, en tout cas à moi, l’envie de revenir chez vous pour un nouveau périple.

 

Vous souhaitez vous aussi découvrir notre voyage solidaire à Madagascar,

Contactez-nous !

Commentaires


  • Double Sens | Il y a environ un an

    Bonjour Mélanie, Merci pour ce message ! Malheureusement vous n'avez pas mentionné vos coordonnées et nous ne pouvons pas vous contacter. Si vous voyez ce message, merci de nous écrire à : contact@doublesens.fr / nous appeler au 01 48 03 92 38. Cordialement, Gwenaël - Double Sens