Deux semaines en famille, à la découverte de la Namibie !

Par le 07 août 2019 dans nos voyageurs racontent
En juillet dernier, Valérie, Lionel et leurs trois enfants, Ilona (16), Matteo (13) et Amaury (10) se sont envolés direction la Namibie pour un voyage participatif d’exception ! Là bas, ils ont découvert un pays riche d’une faune et d’une flore à couper le souffle. De la région du Kunene au désert du Namib, à Swakopmund sur la côte Atlantique, ce séjour les a menés dans des endroits d’une rare beauté. Un voyage riche en émotions qu’ils nous ont raconté quelques jours après leur retour...

En juillet dernier, Valérie, Lionel et leurs trois enfants, Ilona (16), Matteo (13) et Amaury (10) se sont envolés direction la Namibie pour un voyage participatif d’exception ! Là bas, ils ont découvert un pays riche d’une faune et d’une flore à couper le souffle. De la région du Kunene au désert du Namib, à Swakopmund sur la côte Atlantique, ce séjour les a menés dans des endroits d’une rare beauté. Un voyage riche en émotions qu’ils nous ont partagé quelques jours après leur retour...

Êtes-vous déjà partis avec Double Sens?

Nous sommes déjà partis deux fois en famille avec Double Sens. Une première fois au Bénin, une seconde en Equateur et aux Galapagos. Les deux voyages étaient des expériences formidables.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire ce voyage participatif en Namibie en particulier ?

Nous étions à la recherche d’un voyage qui mettait à l’honneur la nature et les animaux. C’est comme ça que nous avons fait le choix de la Namibie pour ce troisième séjour avec Double Sens !

Comment s’est déroulée votre action solidaire ?

Lionel : Nous avons commencé par construire un enclos permettant de protéger un élevage des animaux sauvages. Cette action permet également de tenir les lions à l’écart des villageois et de leurs possibles représailles. Puis, ayant fini l’enclos plus tôt que prévu, nous sommes partis une journée avec un ranger pour pister les lions. Il nous expliquait comment il faisait pour les repérer. Cela nous a permis de découvrir le quotidien des rangers, mais surtout de voir 2 lions en pleine nature ! Si nous n'avions pas accompagné le ranger, nous aurions eu peu de chances d’aller dans ce coin-là. On était vraiment seuls face à la nature, dans le lit d’une rivière. De toute la journée, nous n’avons croisé qu’un seul 4x4 !

Valérie : L’action prenait tout son sens au moment où on la réalisait. La construction de l’enclos ne servait pas seulement à protéger le bétail, mais aussi à préserver les espèces locales des conflits avec les éleveurs. Cela nous a également permis de nous rendre compte du danger que ça représente de vivre à côté d’animaux sauvages. Pour nous, l’action est un prétexte idéal pour rentrer en contact avec les villageois et les rangers, et en savoir plus sur les problématiques qu’ils rencontrent au quotidien. C’était super sympa !

Et le pistage des rhinocéros ?

Lionel : Après ces 3 premiers jours, nous avons rejoint un camp qui regroupait toutes les personnes qui s’occupent de la protection des rhinocéros dans la région. Accompagnés de rangers, nous sommes partis les pister. A un moment, nous sommes descendus du 4x4 et nous avons suivi les rangers qui avaient repéré des rhinocéros au loin. A l’aide des empreintes laissées dans le sol, nous nous sommes rapprochés d’eux. Nous avons finalement pu les observer, une mère et son petit, à seulement une soixantaine de mètre de nous ! Les rangers nous guidaient en nous donnant quelques règles de sécurité, comme par exemple, ne pas se mettre dans le sens du vent.

Valérie : Nous étions vraiment comme sur un pied d’égalité avec les rhinocéros. Les voir si proches de nous était vraiment impressionnant et émouvant, surtout après toute l’adrénaline que le pistage nous avait procurée.

Matteo : Les rangers baptisent toujours les rhinocéros pour pouvoir les reconnaître. Comme ils n’avaient encore jamais vu le petit, nous avons pu choisir son nom. Nous l’avons nommé « Mbappé ». C’était en hommage à des enfants rencontrés dans un village à qui nous avions demandé ce qu’ils connaissaient de la France, l’un d’eux avait répondu « Mbappé, Mbappé ! ».

Quelles excursions vous ont le plus marquées ?

En excursion, nous avons rejoint la côte Atlantique. Là-bas, nous avons fait du kayak au milieu d’une colonie d’otaries. Nous avons aussi vu plein d’oiseaux et de flamants roses. Matteo a même eu la chance d’observer des dauphins au plus près, en se rendant plus loin dans la baie ! Pendant notre excursion, deux guides se sont arrêtés pour identifier les otaries qui avaient des bouts de plastique accrochés aux nageoires, pour ainsi pouvoir les retirer. Cette sortie en mer nous a également permis de nous rendre compte des enjeux pour la faune locale.

Nous sommes également partis dans le désert du Namib, un incontournable en Namibie. Les guides nous ont trouvé des coins tranquilles où nous étions quasiment tout seuls au milieu des dunes de sable. C’était très joli !

Quel est votre plus beau souvenir à chacun ? 

Amaury : De voir des animaux qu’on ne voit pas en France, et surtout de les voir en liberté. Ce que j’ai préféré les éléphants, les girafes, les oryx, les springbok... Puis, j’aimais bien monter à l’avant du 4x4, à côté du guide, et parler au micro !

Matteo : Moi, mon plus beau souvenir, c’était le kayak avec le guide lorsque nous avons vu les dauphins, c’était magique ! Ils étaient à deux mètres et ils sautaient au-dessus de l’eau…

Ilona : Les paysages et les couchers de soleil… La nuit tombait très tôt, comme c’était l’hiver. On voyait très bien les étoiles. Le paysage qui m’a le plus marqué est le désert. 

Lionel & Valérie : On a vu sur une colline deux grandes girafes courir sur fond de paysage de carte postale. Ça paraissait complètement irréel, comme dans un film. C’était super émouvant ! 

Valérie : Les rencontres aussi, notamment avec la jeune fille Himba qui nous a accompagné pendant la première partie du séjour. Cette namibienne venait d’une tribu au nord du pays, les échanges avec elle étaient très riches et intéressants. Elle nous a aussi permis de faire le lien avec toutes les personnes que nous rencontrions.

Si vous ne deviez choisir qu’un seul mot pour décrire votre voyage, quel serait-il ? 

Valérie : Féérique !

Pour vous, c’est quoi voyager durable ?

Valérie : C’est une façon de voyager intéressante, surtout en tant que parent. Cela permet de montrer une autre façon de voyager à ses enfants : en respectant la nature, en rencontrant des gens et en apprenant des choses. On voyage pour découvrir quelque chose.

 

A votre tour ! Laissez-vous tenter par notre voyage participatif en Namibie

Voyage participatif en Namibie / 14 jours

Voyage participatif en Namibie / 14 jours

5 jours en action + 6 jours en excursion

à partir de 3 990 € (aérien inclus)

Recensement d'animaux protégés, micro-chantiers

Désert du Namib, océan Atlantique



Commentaires