Le Cambodge en mission, un voyage « riche en partage humain »

Par le 03 juin 2015 dans nos voyageurs racontent
C’est bien un voyage hors des sentiers battus que propose Double Sens, on est même hors de tout sentier, à avancer à la machette dans la jungle du MondulKiri, après une pluie d’orage battante.

Dépaysement total, c'est un séjour bien organisé, qui alterne la capitale, puis les 7 jours sur l'île et un retour progressif dans de plus grandes villes avec le trek. Le partage avec les gens est incroyable, les habitants de l'île sont accueillants, très généreux, on se sent bien. Une bonne formule, très riche en partage humain, en découvertes de culture et de paysages, d'animaux.

 

La mission solidaire au Cambodge

Pas de souci à ce niveau-là, on a rencontré la famille pour qui on allait construire le poulailler dès le premier jour. Dès le lendemain matin, on savait ce qu'on avait à faire. Le chantier s'est bien déroulé. Entre deux coups de pioche, on riait beaucoup et le fait de le faire avec le propriétaire et le chef de chantier est bien, on le construit vraiment tous ensemble.

Personnellement, je ne suis pas une grande bricoleuse mais les tâches étaient simples, on peut s'arrêter quand on veut s'il fait trop chaud ou si c'est trop dur. C'était intéressant de construire ce poulailler, on a remonté 200kg de grillage sur 30 mètres aussi avec une corde (et une technique à laquelle personne ne croyait au départ mais qui a fait ses preuves ensuite donc chapeau)

Il faut quand même prévoir une ou deux ampoules aux mains, soyons honnêtes.

Je suis vraiment fière d'avoir participé à ce projet et d'avoir contribué, avec notre poulailler au développement du village. Les habitants ont vraiment été accueillants et généreux, ce qu'ils nous ont apporté n'a pas de prix.

Le partage de la vie locale

La famille qui nous a accueillie a été aux petits soins avec nous, à installer un ventilateur les après-midi où il faisait trop chaud, à laver le linge que nous laissions tremper et qu'on comptait laver en rentrant du chantier, à nous attendre le soir pour fermer...

Mangues, pastèques et fruits du dragon à volonté : bonheur ! La cuisinière a été très à l'écoute, on a mangé local (soupe + viande ou poisson en sauce différents quasiment à chaque repas), j'ai adoré la cuisine. Le seul petit bémol, c'est le petit déjeuner, après 2 jours à avoir du pain, on a eu le petit déjeuner à la cambodgienne (riz ou vermicelle), personnellement, j'ai eu un peu de mal mais bon, on sait que c'est pour une semaine seulement donc c'est supportable. Les 3 repas étaient toujours prêts en temps et en heure, on a eu assez d'eau aussi et notre petit luxe : le coca !

Les habitants étaient adorables, très attentionnés, avec des sourires. Les premiers jours, ils ont dû faire face à nos petits cris de poulette lorsqu'on avait une grenouille dans la douche, ils venaient sans problème la prendre et l'enlever.

Apres quelques jours, on a commencé à dessiner avec les enfants, à jouer, donc ça permettait de communiquer et de partager de bons moments avec eux. La cérémonie bouddhiste au temple était une bonne expérience à vivre aussi, avec la douche finale. On a pu rencontrer d'autres habitants lors d'un moment passé à la maison de la communauté (c'était jour de paie en plus donc ils étaient contents).

Un accompagnement aux petits soins

Je pense qu'on est tous revenus avec des étoiles dans les yeux, le cœur rempli de moments magiques au village, en trek. Le rythme est bien : on commence en douceur au village, puis le trek avec ces moments plus musclés, des villes de plus en plus grandes jusqu'au retour à Phnom Penh.

Pour une première expérience au Cambodge, Vibol a été un parfait guide tout au long du voyage, très attentionné, il aime tellement son pays et sa culture, il adore partager avec le groupe ce qu'il connait. Au quotidien, il a fait attention à nous (il a même commandé des frites pour celui du groupe qui a dit une fois qu'il commençait à en avoir marre du riz). Il a très bien mené le séjour en répondant à nos questions, en veillant sur nous, en nous laissant beaucoup de surprises (on finissait par attendre ses surprises chaque jour).

J'ai eu l'impression de faire 2 voyages en 1 : le temps au rythme de la vie sur l'ile, à travailler pour construire le poulailler et à vivre le quotidien, puis le trek et la découverte de l'est cambodgien. Cela donne une belle image de l'étendue, de la richesse de ce pays, de son histoire, de sa faune et de sa flore.

L'ambiance du groupe était bien aussi, il n'y a pas eu d'écueil.

Souvenirs d’une aventure humaine

Ca a été une belle parenthèse, ou l'on se remplit de chaleur humaine, de surprises, de découvertes.

C’est bien un voyage hors des sentiers battus que propose Double Sens, on est même hors de tout sentier, à avancer à la machette dans la jungle du MondulKiri, après une pluie d’orage battante.
C’est la douceur de vivre dans un village, le goût sucré de la mangue qu’on mange en regardant le coucher de soleil sur le Mékong.
C’est le piquant du piment qui vous monte au nez, le frisson du scorpion croisé sur le chantier, la puissance de l’éléphant qui avance vers soi.
C’est la fierté de l’œuvre finie, d’un poulailler qui va améliorer le quotidien d’une famille, ce sont les regards plein de gentillesse des habitants, leur générosité et leur envie de partager leur culture si riche.
Ce sont les sourires des enfants, leur curiosité et leur spontanéité.
C’est la sagesse et la bienveillance du bouddhisme, le bleu Klein, le orange des kesas des bonzes, le vert des hévéa ou des arbres au poivre.
C’est au final une belle claque pour le voyageur en quête de dépaysement.
Le nom « Double Sens » prend tout son « sens ». 

    Envie de partir ? Contactez-nous !


Récit de voyage de Sophie L. voyageuse solidaire de Double Sens - Cambodge mai 2015
Photos de Patrick A. voyageur solidaire de Double Sens - Cambodge avril 2015

Commentaires