Croyances et religions au Vietnam

Par le 25 janvier 2016 dans news
Au cœur de l’Asie du sud-est, le Vietnam est un pays riche en diversité culturelle. L’influence de l’Inde et de la Chine, ainsi que des 54 ethnies composant le pays, a profondément marqué la société vietnamienne. La spiritualité n’est pas une exception à la règle.

Au cœur de l’Asie du sud-est, le Vietnam est un pays riche en diversité culturelle. L’influence de l’Inde et de la Chine, ainsi que des 54 ethnies composant le pays, a profondément marqué la société vietnamienne. La spiritualité n’est pas une exception à la règle.

Auteure de l'article : Flore Der Agopian*

 

La liberté de croyance au Vietnam

Chaque citoyen peut choisir et pratiquer sa foi en toute liberté. Les religions sont respectées par le principe même de la liberté de croyance, telle qu’est est inscrite dans la constitution de la République Socialiste du Vietnam.

Aujourd’hui dans ce pays, les croyances  sont multiples. Le culte des ancêtres et le confucianisme sont les fondements de la structure sociétale traditionnelle. Le bouddhisme, le christianisme, le caodaïsme, et le taoïsme en sont les principales religions. 

 

Le culte des ancêtres, au cœur des familles vietnamiennes

L’appartenance à un même clan est primordiale dans la société vietnamienne, aussi le culte des ancêtres en est la fondation culturelle. Il représente la croyance de la vie après la mort.

Cette tradition ancestrale, partagée par tous les vietnamiens de toutes les religions, consiste à vénérer les défunts. Les vietnamiens croient aux morts et considèrent que les âmes protègent leurs descendants. Dans chaque maison, au cœur de la pièce principale, se trouve un autel en mémoire de ceux qui leur ont donné la vie. Tout évènement familial important, tel un mariage, a lieu devant cet autel. Les photos des défunts, des bougies, de l'encens et des offrandes de fruits et fleurs y sont disposées. A chaque anniversaire de la mort des ancêtres, la famille y prie ses aînés. La pratique veut que ce soit au fils de s’occuper de l’autel.

Mourir sans enfant est la plus grande malédiction d’un Vietnamien. Cela signifie qu’il n’aura pas d’autel et donc aucun moyen de revenir parmi les vivants. Son âme sera destinée à une errance éternelle. 

Le confucianisme, une philosophie morale attachée à la communauté

Bien plus qu’une simple religion, le confucianisme est une philosophie morale. Elle est la base du système social et familial vietnamien depuis deux mille ans. Introduite par Confucius, un humaniste chinois, cette pensée met en avant les valeurs morales de politesse, bienséance et respect de l’autorité. Dans le même esprit que le culte des ancêtres, la hiérarchie familiale et les aînés sont des principes fondamentaux de la conception confucéenne.

La vie sociétale est primordiale. Un individu ne peut vivre qu’au sein d’une communauté et de sa famille : il doit servir son supérieur, et honorer ses parents. L’idéal poursuivi par le confucianisme est le perfectionnement de l’homme, qui, grâce à l’éducation pourra corriger ses imperfections. 

Voyageurs de Double Sens invités à une cérémonie de mariage traditionnel

 

Le taoïsme, à la recherche d’un équilibre entre l’Homme et l’Univers

Né de Lao Tseu, dans la Chine ancienne, le Taoïsme est certainement apparu au Vietnam au Ier siècle. Cette philosophie se fonde sur le concept de TAO, qui signifie voie ou chemin. C’est la force suprême sans laquelle rien n’existerait. Tout ce qui constitue l’univers en provient.

La doctrine taoïste souhaite un équilibre entre l’Homme et l’Univers et prêche un mode de vie simple. Les forces contraires que sont le bien et le mal sont complémentaires : le Yin et le Yang (Am Duong en vietnamien). Le Yin représente la terre, le sombre, l’imparfait et le féminin, alors que le Yang exprime le ciel, le lumineux, le parfait et le masculin. 

Le bouddhisme, la religion la plus répandue au Vietnam 

Environ 70% de la population se dit bouddhiste ou influencée par ces pratiques. Il est un mélange des philosophies confucianiste et taoïste. Arrivé au IIème siècle par le nord de l’Asie centrale et les routes du sud de l’Inde, il ne devient religion officielle qu’au XIe siècle, sous la dynastie des Ly. Le courant bouddhiste majoritaire du Vietnam est le Mahayana. Ses concepts fondamentaux sont le karma et la réincarnation. La pratique de la méditation pour se libérer de la souffrance n’est pas courante au Vietnam. En revanche, l’aide des Bouddhas, par les chants des sutras, est essentielle pour atteindre le Nirvana. Les pagodes, temples de bois sur pilotis, sont des lieux en l’honneur de Bouddha. 

Le Vietnam, deuxième pays chrétien d’Asie du sud-est

8% de la population est catholique.  Le christianisme fait son apparition au Vietnam au XVIe siècle,  lors de l’arrivée de missionnaires dominicains portugais. C’est principalement au XVIIe siècle que le pays s’est évangélisé par la présence des Jésuites et du Père Alexandre de Rhodes. Ce dernier a romanisé la langue vietnamienne, qui est devenue le Quoc Ngu, l’écriture du vietnamien moderne.

Au XIXe siècle, les Français, sous Napoléon III, prirent pour prétexte la persécution des catholiques par les rois vietnamiens pour coloniser l’Indochine. En 1954, à la fin de la guerre opposant les vietnamiens aux colonisateurs français, la plupart des catholiques fuirent vers le sud. C’est pourquoi le nombre de catholiques est bien plus important dans le sud. Cependant, des églises restent présentes sur tout le territoire. Les messes et prières sont dites en langue vietnamienne, les chants et musiques sont inspirés des arts traditionnels.

 

Le caodaïsme, une religion à la croisée des cultures asiatique et européenne

Avec environ 5 millions d’adeptes vietnamiens, le caodaïsme est une religion inspirée des modèles bouddhiste, taoïste, confucianiste, et chrétien. Elle fut créée en 1919 par un fonctionnaire vietnamien, Ngô Van Chiêu. Au cours d’une séance de spiritisme, il serait entré en contact avec l’esprit d’un nouveau dieu, Cao Daï, qui lui ordonna de créer une nouvelle religion. Chose faite puisqu’en 1926 elle est reconnue et devient officielle. Religion atypique, le caodaïsme honore Bouddha, et vénère Jeanne d’Arc, Victor Hugo, Winston Churchill et William Shakespeare, considérés comme des guides spirituels. Le lieu symbolique du Caodaïsme est le Temple de Tay Ninh, dans le sud du Vietnam. Cette cathédrale aux couleurs vives est un mélange architectural de styles asiatique et européen.

 

    Découvrir le Vietnam au coeur des minorités ethniques 

 

* Flore est étudiante en Master à l'Université Paris III - Sorbonne Nouvelle. Elle a rencontré Double Sens via le Programme StartUp Ambassadeurs, dont le but est de faire découvrir aux étudiants l'univers des startups, en créant des partenariats sous la forme d'échanges mutuels de compétences entre l'entreprise et l'étudiant

Commentaires